Inovie, Nucleix et l'AFU proposent un test non invasif pour le suivi des cancers de la vessie

A l'occasion du congrès français d'urologie, qui se tient à Paris du 21 au 25 novembre 2023, le groupe Inovie annonce la mise à disposition pour les patients d'un test non invasif de suivi des cancers de la vessie et des voies urinaires. Il s'appuie sur une technologie de détection de méthylations spécifiques développé par Nucleix. Cette offre entre dans le cadre d'une étude prospective portée par l'Association française des urologues (AFU).

Par Sophie HOGUIN, publié le 24 novembre 2023

Inovie, Nucleix et l’AFU proposent un test non invasif pour le suivi des cancers de la vessie

En France, le cancer de la vessie représente 16 500 nouveaux patients chaque année1, dont les trois quarts sont aujourd’hui diagnostiqués à un stade précoce. Avec un dépistage précoce, cette pathologie présente un bon taux de maintien en vie (jusqu’à 90% de survie à 5 ans). Cependant, la récidive est très courante et touche 78% des patients sur 5 ans. Si bien que la surveillance de ces patients est renforcée et comprend notamment des cystoscopies fréquentes (jusqu’à 4 fois par an pendant plusieurs années voire toute la vie). Pour simplifier et améliorer la qualité de vie des patients suivis, de nombreuses recherches portent sur d’autres techniques de diagnostic et de suivi.

Eviter des cytoscopies

Les tests actuels de suivi de la récidive, cytologie ou cytoscopie, analysent les cellules de l’urothelium – couche interne de la paroi de la vessie – qui se desquament naturellement. L’aspect des cellules – normales ou cancéreuses – permet de détecter les tumeurs de haut grade. Cependant ce test n’est pas très performant. Or, c’est très important de détecter les patients  présentant notamment des récidives de haut grade pour éviter le développement de cancers plus graves. Le nouveau test proposé par Inovie aura ainsi l’avantage d’éviter des cytoscopies, examen invasif et désagréable. Pour ce test, le prélèvement d’urine peut se faire à n’importe quel moment de la journée, sans hydratation spécifique préalable, dans un tube classique, cela simplifie beaucoup les choses“, précise Pierre-Jean Lamy, oncogénéticien moléculaire et directeur scientifique d’Inovie.

15 marqueurs de méthylation

Le test proposé par Inovie a été développé par Nucleix, une start-up spécialisée dans la biopsie liquide. Le Bladder EpiCheck® se fonde sur l’analyse de 15 marqueurs de méthylation de l’ADN spécifiques aux cancers de la vessie. L’analyse se fait par séquençage à haut débit (NGS) et amplification par PCR. Un algorithme permet de déterminer le grade de la tumeur. “Ce test a obtenu son marquage CE et sa méthode de détection s’appuie sur une technologie très robuste“, commente Pierre-Jean Lamy. “l’avantage d’utiliser des marqueurs épigénétiques c’est qu’ils sont présents très tôt dans le développement des cancers. On peut ainsi les détecter des stades précoces et améliorer la prise en charge et les chances de guérison des patients“. Déjà approuvé 510(k) par la FDA américaine pour la récidive du cancer de la vessie aux États-Unis, les études cliniques ont montré sensibilité de 91 % et une valeur prédictive négative de 99 % pour le cancer de la vessie récurrent de haut grade, ce qui signifie qu’un résultat négatif de Bladder EpiCheck® exclut une maladie récurrente de haut grade avec 99 % de probabilité2.

Disponible dans tous les laboratoires Inovie

Les urologues, membres de l’AFU, peuvent donc prescrire ce test à leur patients suivi pour un cancer de la vessie sans coût supplémentaire pour le patient. Pendant deux ans, les résultats récoltés dans l’un des 600 laboratoires d’Inovie seront transmis au registre de suivi du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire (TVNIM-AFU) de l’Association Française d’Urologie (AFU). Les résultats seront comparés à ceux des cytoscopies. “Pour Inovie, cette initiative entre totalement dans la stratégie du groupe de proposer une biologie innovante, précise et personnalisée auprès des patients et d’entretenir de nombreuses relations avec les start-up qui s’intéressent aux nouveaux biomarqueurs. Notre laboratoire de biologie moléculaire, Imagenome, est équipé pour traiter ce genre de test avec efficacité. L’opération nécessite cependant de veiller à la bonne organisation logistique car les prélèvements doivent être traités en moins de 5 jours.” précise l’oncogénéticien.

 

Référence

1.Données GLOBOCAN 2020Graph production: Global Cancer Observatory (http://gco.iarc.fr/) © Centre international de recherche sur le cancer 2023

2. Laukhtina et al. Diagnostic Accuracy of Novel Urinary Biomarker Tests in Non–muscle-invasive Bladder Cancer: A Systematic Review and Network Meta-analysis Eur Urol Oncol 2021 Dec;4(6):927-942; and corrigendum at Eur Urol Oncol. 2022 Jan 19;S2588-9311(22)00004-9. doi: 10.1016/j.euo.2022.01.003

Dans la même rubrique
illustration avec un homme à quatre pattes attaquer de toute part par des pathogènes
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • En pratique
prise de sang d'une patiente par une infirmière
  • Actualités
  • En pratique
  • Prévention et dépistage
feuille de calendrier mars 2024
  • Actualités
  • Évènements