Maladie rénale chronique : guider la prise en charge

Alors que des armes thérapeutiques sont à présent disponibles, néphrologues, biologistes et patients militent pour la mise en place d'outils de dépistage et de suivi afin d'éviter toute perte de chance pour les patients.

Nadia Bastide-Sibille et Gaia Jouanna, publié le 05 avril 2023

Maladie rénale chronique : guider la prise en charge
La maladie rénale chronique (MRC) est souvent silencieuse avant d'atteindre un stade avancé. Lorsque l'insuffisance rénale devient terminale, une greffe de rein ou une dialyse est nécessaire1. En France, en 2019, il y avait 55 000 personnes dialysées et 45 000 transplantées. Pourtant, les mesures nécessaires à la prévention ne sont pas réalisées assez fréquemment. « Si les 3 à 4 millions de Français concernés par la maladie chronique de stade 3 et 4 réalisaient le ratio albuminurie/créatininurie (RAC) une fois par an, ce serait déjà une grande avancée, notamment chez les diabétiques, car l'incidence des nouveaux patients qui arrivent en dialyse progresse inexorablement chez cette population. En France, seuls 30 % des diabétiques bénéficient de ce dosage une fois par an, là où 66 % le réalisent au Royaume-Uni », déplore le Pr Luc Frimat, président de la Société Francophone de Néphrologie, Dialyse et Transplantation (SFNDT)...

Ce contenu est réservé aux abonnés de la revue Biologiste Infos

S'abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
photo de purpura sur peau humaine
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • Prévention et dépistage
arbovirose,efs,Pierre Gallian,transfusion
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • Prévention et dépistage