Les défis du diagnostic VIH sous PrEP

Le dépistage VIH est crucial, tant à l'instauration que pour le suivi d'un programme de prophylaxie pré-exposition (PrEP). Mais tous les tests n'ont pas la même sensibilité et leur interprétation peut être rendue difficile en cas de profils complexes.

Nadia Bastide-Sibille, publié le 01 décembre 2022

Les défis du diagnostic VIH sous PrEP
L'épidémie de VIH (virus de l'immunodéficience humaine) est toujours dynamique avec 1,5 million de personnes qui s'infectent chaque année dans le monde1. Malgré la chute du nombre de dépistages liée à la pandémie de Covid-19, « les dernières données de Santé Publique France2 montrent que l'infection reste active dans certaines populations », introduit le Pr Constance Delaugerre, virologiste à l'hôpital Saint-Louis, APHP, lors des journées Biomed-J 2022 à Paris. Parmi les solutions de prévention, les données les plus avancées portent sur les traitements par antirétroviraux. Deux stratégies sont possibles : le traitement des personnes infectées (TasP, pour Treatment as Prevention) et le traitement pré- exposition des personnes non infectées (PrEP : prophylaxie pré-exposition). « Si le TaSP est la stratégie à privilégier, de nombreuses études démontrent l'efficacité de la PrEP, même s'il existe...

Ce contenu est réservé aux abonnés de la revue Biologiste Infos

S'abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
médecin palpant la thyroïde d'une patiente
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • Recommandations
photo de purpura sur peau humaine
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • Prévention et dépistage