Anticiper les crises à venir : la HAS présente un rapport d’analyse prospective

Enseignements et propositions concrètes, l’objectif de ce rapport publié le 20 février par la HAS est de permettre une mobilisation optimale, coordonnée et plurielle de l’expertise lors des crises à venir.

N.B-S., publié le 22 février 2023

Anticiper les crises à venir : la HAS présente un rapport d’analyse prospective

Se basant sur le colloque de novembre 2021 « L’expertise scientifique face aux crises : refonte ou ajustements ? », le rapport d’analyse prospective 2022 de la HAS (Haute Autorité de Santé) dresse le bilan des enseignements de la pandémie de Covid-19 et formule des propositions pour anticiper l’avenir. « Ce rapport ne traite pas de la gestion de la crise, mais de la mobilisation et de la production de l’expertise pour l’aide à la décision. Il est fondé sur une analyse bibliographique et une cinquantaine d’entretiens menés auprès d’organismes et d’acteurs particulièrement mobilisés pendant la crise pour l’expertise » précisent les auteurs en introduction. Quatre points majeurs ressortent de cette analyse : un fort besoin de coordination des structures et acteurs mobilisés ; la nécessité d’une approche pluridisciplinaire ; l’enjeu du partage en temps réel des données de santé pour éclairer la décision publique ; et enfin l’importance de la communication scientifique à l’égard des Français. Pour être mieux armés à l’avenir, la HAS préconise la mise en place d’une coordination interministérielle ; une organisation spécifique des structures d’expertise en situation de crise ; des systèmes d’informations adaptables et interconnectés entre eux ; une optimisation de la recherche ; une expertise multidisciplinaire ; et l’amélioration de la communication sur le processus d’expertise. « Chaque crise présentera toujours un caractère imprévisible, mais il est possible de mieux anticiper les prochaines en mettant en place des principes de coordination de l’expertise et de la recherche, des organisations et des processus de travail optimaux, activables immédiatement, et de diminuer ainsi l’impact sur les personnes sollicitées » conclut la HAS.

Dans la même rubrique