Hépatite E : recommandations pour sécuriser sang, tissus et autres cellules

Le Haut conseil pour la santé publique a publié des recommandations relatives aux règles d'ajournement des donneurs de sang et à la démarche d'hémovigilance à mettre en place pour tous les tissus, cellules et autres produits du corps humains vis-à-vis de l'hépatite E (HEV) dont le dépistage par diagnostic génomique viral (DGV) dans les dons du sang a été systématisé depuis mars 2023.

Par Sophie HOGUIN, publié le 10 octobre 2023

Hépatite E : recommandations pour sécuriser sang, tissus et autres cellules

Ces recommandations, élaborées sur demande de la direction générale de la santé (DGS), entérinent les modalités de mise en place du DGV du HEV chez les donneurs de sang qui ont été émises par l’Etablissement français du sang (EFS) et le Centre de transfusion de santé des armées (CTSA). Il place la responsabilité des enquêtes d’hémovigilance sous le contrôle du CNR des hépaties A et E et propose une enquête descendante lors de la découverte d’une virémie HEV chez un donneur et une enquête ascendante lors de la découverte d’une infection HEV récente chez un receveur. Il recommande enfin que les donneurs de PSL dépistés positifs pour le génome du HEV et les cas contacts soient exclus du don pendant 4 mois.

Pas de systématisation du DGV pour les autres tissus

En matière de dons de tissus, d’organes ou de cellules, le HCSP recommande de :

  • “ne pas mettre en place un DGV systématique du HEV pour les dons de tissus ;
  • effectuer dans la mesure du possible une détection plasmatique d’ARN du HEV en amont du don pour les donneurs vivants d’organes et de cellules souches hématopoïétiques (CSH), avec prise en compte du rapport bénéfice-risque de la greffe en cas de résultat positif si cette dernière ne peut être repoussée jusqu’à guérison du donneur ;
  • effectuer dans la mesure du possible une détection plasmatique d’ARN du HEV en amont du don chez les donneurs décédés d’organes ; en cas d’impossibilité, le test peut être effectué dans les suites immédiates (48 heures hors week-end) de la greffe sur le sérum prélevé en pré-greffe, avec communication du résultat sans délai à l’équipe de greffe afin de mettre en œuvre un suivi renforcé du ou des receveurs.
  • n’effectuer aucun DGV du HEV pour les donneurs de gamètes et d’embryons dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation.”

Pour éclairer les praticiens face à ces différents cas, le HCSP a construit trois arbres décisionnels sur la stratégie de gestion du risque HEV : chez les donneurs de PSL, chez les donneurs vivants de CSH et d’organes, et chez les donneurs décédés d’organes.

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Évènements
Laboé-si,dengue,snmb,azoulay
  • Actualités
  • Données de santé
  • Numérique
biomed-j,biologistes médicaux
  • Actualités
  • Évènements