Diminution rapide des anticorps neutralisants

Le caractère neutralisant des anticorps pourrait disparaitre dès deux mois après l’infection, selon une étude réalisée chez des professionnels de santé ayant fait une forme modérée de COVID-19.

Publié le 17 février 2021

Diminution rapide des anticorps neutralisants

« Ces travaux sont en faveur d’un maintien des mesures de protection et des gestes barrières et de l’intérêt de la vaccination des professionnels de santé ayant fait un COVID-19 » indiquent les chercheurs de Sorbonne Université, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, de l’Inserm et de l’Institut Pasteur ayant réalisée cette étude, parue dans Nature Communication le 8 février 2021. L’objectif était d’étudier au cours du temps l’apparition et la persistance de différents type d’anticorps (IgG, IgA et IgM) ainsi que leur caractère neutralisant chez des professionnels de santé ayant fait une forme modérée de COVID-19. L’ensemble des professionnels a développé des anticorps entre 2 et 4 semaines après le début des symptômes, ainsi qu’une réponse neutralisante au Sars-CoV-2. Cette dernière était associée aux anticorps de type IgG et IgA dirigés contre la protéine S du virus et plus particulièrement, le receptor binding domain, (RBD) responsable de l’interaction avec l’angiotensin converting enzyme 2 (ACE2). Les anticorps IgA systémiques étaient les anticorps principalement responsables de la réponse neutralisante précoce. Celle-ci a rapidement décliné dès 2 mois après le début des symptômes et a même disparu chez 15% des professionnels. En revanche, le taux des anticorps IgG s’est maintenu entre 2 et 3 mois après le début des signes.

NBS

Dans la même rubrique
illustration avec un homme à quatre pattes attaquer de toute part par des pathogènes
  • Actualités
  • Dans votre pratique
  • En pratique
prise de sang d'une patiente par une infirmière
  • Actualités
  • En pratique
  • Prévention et dépistage
feuille de calendrier mars 2024
  • Actualités
  • Évènements